Joe Marchal : du judo au poker

L’ancien champion olympique de judo Joe Marchal s’est reconverti comme beaucoup d’autres athlètes dans le poker. Le quinquagénaire, qui possède un physique toujours aussi imposant que par le passé, a retrouvé une certaine forme de renouveau grâce à cette discipline très tendance qui lui permet de regoûter à la compétition. Il faut dire que les tatamis l’avaient manqué. L’adrénaline enfin retrouvée, c’est un nouveau défi qui attend le champion américain : remporter les World Series of Poker.

Un carriériste qui a toujours été berçé par le poker

La toute première fois que Joe Marchal s’était essayé au Texas Hold’em No Limit, il était reparti avec près de 200 000 dollars de gains, symbole d’un génie et d’un talent insoupçonné. Or, ce que l’on ignore, c’est que le judoka qui avait intégré la sélection olympique américaine aux J.O de 1988 a toujours pratiqué le plus populaire des jeux de cartes.

« […] S’il a pu pleinement vivre de sa première passion, Joe Marchal a tout de même eu des remords : ne jamais avoir véritablement tenté sa chance au poker. »

En effet, l’homme au physique surpuissant a passé la majeure partie de son enfance dans le Midwest, où il découvrit le poker et y joua très tôt avec sa famille et ses amis. Et même si Joe Marchal s’expatria au Japon pour y entamer des études universitaires –démarche qui lui permit aussitôt de trouver un poste à la Bourse de Tokyo, les ambitions du jeune homme avait toujours été ponctuées par des sessions régulières de poker, sa seule véritable passion avec le judo. Enfiler le kimono et décrocher des médailles, cela représentera d’ailleurs une partie importante du vécu de l’homme, qui est désormais âgé de 53 ans. Toutefois, s’il a pu pleinement vivre de sa première passion, Joe Marchal a tout de même eu des remords : ne jamais avoir véritablement tenté sa chance au poker.

Joe Marchal abandonne le kimono pour une tenue de bluffeur

Mais Joe Marchal pense au plus profond de lui qu’il a le potentiel pour bien figurer aux World Series of Poker 2013. Après tout, il se souvient que le première fois qu’il avait participé à un tournoi de Texas Hold’em No Limit, il était reparti avec 202 000 dollars de gains en poche. Et depuis qu’il est à la retraite, il s’entraîner sans relâche sur sa petite île de Guam, où il a décidé de s’installer avec toute sa famille. Compétiteur dans l’âme, l’ancien champion de judo dit avoir hâte de retrouver les sensations typiques des grands événements. « L’adrénaline, la pression, au poker on la ressent aussi, j’y ai pris goût », admet-il de manière décontractée.

S’il n’a entamé une carrière de pokériste professionnel que depuis quelques années, Joe Marchal sait qu’il est capable de s’adapter facilement, lui qui apprend plus vite que quiconque. Lors du Main Event de l’édition 2012 des WSOP, il avait occupé une très honorable cent quatre-vingt-onzième place. « Quand je joue au poker, je pense beaucoup à mon grand-père. C’est lui qui m’a appris ce jeu. Je n’avais même pas 5 ans à l’époque. Je jouais régulièrement au 3-Card Draw, au 5-Card Draw et au 7-Card Stud ». Joe Marchal maîtrise en effet plusieurs variantes et il sera certainement un candidat redoutable cette année.